L’histoire

Le service des affaires historiques de la ferme est remonté à ce jour jusqu’à 1860. Sur un bail de cette année-là, on retrouve les 14 hectares de la Chènevétrie loués par Pascal Dugas. Son fils, prénommé aussi Pascal, a pris la succession avec sa femme Angélique. Ils ont transmis la ferme au troisième de leurs enfants, Pierre Dugas, né en 1897.
Pierre et sa femme Maria s’installent à la Chènevétrie en 1929. Ils travaillent avec 8 vaches, des normandes et des maine-anjou. Il y a aussi deux chevaux, 3 truies, et une centaine de poules, canards et oies.
Dans les champs, il y a principalement des prairies naturelles. Les parcelles cultivées ont des rotations de type: blé- orge- trèfle (implanté dans l’orge en fin d’hiver)- betterave (ou pomme de terre ou chou).

Pierre et Maria rachètent les 14 hectares juste après la seconde guerre mondiale. Leur fils, Pierre-Yves Dugas se marie avec Marie Lepage en 1967. Le couple prend les rênes de la Chènevétrie la même année. En 1969, ils produisent 30 000 litres de lait avec des normandes. Ils achètent progressivement des terres et introduisent la race prim’holstein dans le troupeau. En 1971, ils montent une stabulation en aire paillée. L’année d’après, ils construisent une salle de traite tandem 2×2. En 1973, ils produisent alors 120 000 litres. En 1979, ils réalisent une nouvelle stabulation avec logettes et racleur.
En 1984, ils reprennent la ferme de la fauvelière, la ferme de Louis et Madeleine Lepage, les parents de Marie. C’est aussi l’année de la mise en place des quotas laitiers. Le droit à produire de l’exploitation sera de 240 000 L.
En 1988, Pierre-Yves et Marie aménagent l’étage de leur maison. Désormais, ils accueilleront des touristes de passages dans leur deux chambres d’hôtes, et ils partageront leurs repas avec les tables d’hôtes.
En 1997, ils mettent la ferme aux normes en construisant une fosse à lisier et en couvrant la table d’alimentation.

En 2007, leur troisième enfant, Samuel, prend la succession. Progressivement, il augmente la part d’herbe dans la ration des vaches laitières. 2010 sera l’année du début de conversion en agriculture biologique et une année de travaux: une nouvelle salle de traite est mise en place dans la première stabulation, une mono quai 10 postes en traite par l’arrière. Une nouvelles nurserie est aménagée dans le même bâtiment. Dans l’étable, de nouvelles logettes avec matelas sont installés. Un nouveau hangar à fourrage est aussi monté.

Le 1er avril 2012, c’est la fin de la conversion, les productions de La Chènevétrie sont désormais vendus certifiées agriculture biologique.
En 2014, c’est l’arrêt du maïs ensilage. Dorénavant, l’assolement se compose de prairies temporaires, de mélange céréalier et de betteraves repiquées. Le troupeau de 35 vaches produit 240 000 litres de lait vendus à lactalis.

Le 1er avril 2017, la ferme de la Chènevétrie s’émancipe du lacatlisme en rejoignant Biolait.

Laisser un commentaire