Jean qui pleure et Jeanne qui rit


Il y a des journées qui démarrent mal. Ce matin, je vois une masse noire dans le box de Grenadine. Je me rapproche vite et ce que je redoutais s’avère vrai: elle a vêlée mais son veau est mort. Dans ces cas-là, on culpabilise toujours un peu: et si je l’avais mieux observé hier soir, et si je m’étais levé cette nuit, et si et si… Avec le temps, j’ai appris à mieux accepter ces situations. Il y a du monde à la ferme et pas mal de choses à faire, ce n’est pas le moment de s’accabler, avançons. En donnant de l’herbe aux taries et aux génisses, Maëlle, mon apprentie,  repère Herbe qui est en train de se préparer pour le vêlage. Elle est à terme le 29 décembre, c’est son premier veau, tout est normal.  Je décide de la laisser travailler dehors, tout en la surveillant de près. Après le repas, les pattes sont sorties, je décide d’intervenir, elle n’est pas trop d’accord et ne me laisse pas s’approcher. Elle finit par se coucher, je rampe pour qu’elle ne me repère pas. Je ne veux pas qu’elle se relève. Une fois accédé aux pattes, j’enfile les cordelettes et je l’aide dans son effort. Pierre-Yves, mon père,  m’a rejoint et m’aide à tirer. La position est bonne, le veau pas trop gros, elle a eu le temps de faire son passage, tout se déroule bien. Le veau sort, bien vivant, c’est une belle génisse! Je suis content, je crois que j’aurai accusé le coup si ça c’était mal passé. Deux veaux mort-nés dans une même journée, ça fait beaucoup. Mais non, Herbe en a même peur dans les premières secondes! Elle sursaute quand je lui approche sa fille. Puis elle finit par comprendre. Elle se met à la lécher avec ardeur. Un peu plus tard, on emmènera sa velle dans le box avec le C15 rallongé (en arrière-plan sur la photo). Herbe la rejoindra en empruntant le chemin. Elle s’appellera Janekiri.

paille neuve pour Herbe et sa fille

paille neuve pour Herbe et sa fille

Laisser un commentaire